7. L'arbre meurtri

« Écoute bûcheron, arrête un peu le bras
Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas
Ne vois tu pas le sang lequel dégoutte à force
Des nymphes qui vivaient dessous la dure écorce.
Sacrilège meurtrier si on pend un voleur
Pour piller un butin de bien peu de valeur
Combien de feux de fers, de morts et de détresses ?
Mérites- tu, méchant pour tuer nos déesses ? »

Pierre Ronsard, en 1560 appliquant la loi du talion au « secteur bois ». Sa venue à la foire de Libramont, ce serait « massacre à la tronçonneuse »

La mort n'est jamais loin dans le spectacle de la nature mais force est de constater en observant ce « gisant » que les nymphes qui rejettent à partir du tronc couché augurent sinon d'une résurrection, tout du moins d'une génération vigoureuse qui assurera la pérennité de l'espèce...
Aussi Ronsard poursuit ainsi son élégie...

« Que l'homme est malheureux qui au monde se fie
O dieux, que véritable est la philosophie.
Qui dit que toute chose à la fin périra
Et qu'en changeant de forme une autre vêtira »

Et il termine
« ... La matière demeure et la forme se perd ».

François Sikivie

 

Écoutez François Sikivie :

Les galeries photos de Blegny-Mine

1
3
P6